Edgar Allan Poe : Une vie coupée court

Edgar Allan Poe : Une vie coupée court

Peter Ackroyd

Language: French

Pages: 134

ISBN: 2:00366490

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Poète maudit, certes Edgar Poe le fut, il en est même devenu l'archétype. Mais, même s'il fut piètre homme daffaires et ne gagna que quelques dollars pour toute son œuvre, il n’a pas connu que des échecs, loin de là : son poème Le Corbeau en fit une star et il était l’un des journalistes américains les plus connus de son époque. Conscient de son pouvoir en tant que tel, il fut un critique assassin. Mais aussi plaisantin, précurseur d’Orson Welles dans le domaine du canular journalistique autant que de Conan Doyle ou de Jules Verne dans ceux du roman policier et de la science-fiction. Novateur des lettres américaines, il fut reconnu comme tel par certains, même s’il resta incompris par une majorité. Son drame fut sans doute d’avoir été célébré pour ceux de ses écrits qu’il méprisait. Quant à ses échecs amoureux, les a-t-il subis ou suscités ? Sous le scalpel net et précis de Peter Ackroyd, se dessine le parcours tout en dents de scie d’un personnage extravagant, orphelin charmant, jeune homme athlétique épris de mots, mal aimé ou se croyant tel, très vite gros buveur, bientôt marié à une nymphette phtisique, chaste coureur, dépendant d’une belle-mère hommasse, nécrophile en quête toute sa vie d’une figure féminine exsangue, pour lui le plus beau sujet du monde et qu’il transforme en spectre dans ses contes. Une vie brève mais aux résonances infinies, une biographie qu’on aurait pu titrer « Anatomie d’un impossible génie ».

The Age of Innocence

Roman Fever and Other Stories

Stoner (New York Review Books Classics)

Homage to Mistress Bradstreet and Other Poems

McDougal Littell Literature: American Literature

The Erotics of Talk: Women's Writing and Feminist Paradigms

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(NdT) CHAPITRE VI Rédacteur Le couple Poe plus Maria Clemm séjournèrent d’abord dans un meublé de Waverley Place, à Greenwich Village. En 1837, ils déménagèrent non loin de là, dans Carmine Street. Un colocataire de Waverley Place décrivit Edgar Poe comme � l’un des compagnons les plus courtois, les plus civils, les plus intelligents que j’ai jamais eus ». � Je ne l’ai jamais vu se soumettre aux effets de l’alcool », précisa-t-il. Néanmoins, ce furent des temps difficiles, aggravés au

médicaments pour soigner un mauvais rhume. Il n’est donc guère surprenant que, début 1838, la petite famille soit partie pour Philadelphie. Edgar Poe n’hésitait pas à passer d’une ville à l’autre en quête d’une meilleure fortune. Nulle part il ne se sentait chez lui. Avec son plan quadrillé, Philadelphie ressemblait à un jeu d’échecs disposé entre une rivière, la Schuylkill, et un fleuve, la Delaware ; c’était l’une des plus anciennes et à l’époque la plus étendue des villes des États-Unis. En

touchait presque de la tête ; c’est là qu’elle dut endurer son mal, parvenant tout juste à respirer. Personne, toutefois, n’osa signaler à son époux combien ce contexte était préjudiciable à la santé de la patiente ; il était devenu � susceptible et irritable », � vif comme l’acier et le silex », dit quelqu’un qui le connut bien à cette époque. Graham se rappelait que Poe restait prostré au chevet de sa femme, à l’affût du moindre tressaillement, du moindre toussotement, avec � un frisson, un

l’époque. Il distingua Les Poètes et la Poésie en Amérique de Rufus Griswold, dont il affirma que c’était la meilleure compilation disponible pour l’heure, mais il condamna � les exécrables jugements du maître d’œuvre (Griswold), qui a choisi les mauvais extraits et réservé trop d’espace à ses amis ». Edgar Poe avait rencontré Griswold deux ans plus tôt. Ils s’étaient flairés, se soupçonnant mutuellement tout en feignant une admiration réciproque. Successeur d’Edgar Poe au Graham’s Magazine,

folie, si ce fut le cas, était le résultat des effets combinés de l’alcool et d’une tension intolérable. Un mois après avoir signé l’accord avec Lane, English raconte que Poe partit pour l’une de ses � virées ». Quant à Lane, il interrompit le magazine le 3 janvier 1846. Poe n’occupa plus jamais de poste éditorial. La veille de la fermeture du Broadway Journal, Poe, en qualité de témoin, assista à la signature d’un document par lequel Maria Clemm renonçait à ses droits sur un terrain à

Download sample

Download